Se préparer

Tout gérer lorsque l’on voyage seul mais quand même profiter

Par 18 septembre 2019 septembre 21st, 2019 Aucun commentaire
Thé matcha

Lorsque l’on voyage seul il y a de nombreux avantages mais aussi quelques inconvénients. C’est comme pour tout d’ailleurs. En effet, devoir tout organiser par soi-même, être seul à prendre des décisions, être seul dans les moments de galères et devoir tout gérer n’est pas toujours drôle sur le moment. Cela peut générer un grand moment de solitude lorsque l’on voyage seul. Je vous rassure, ça passe ! Et puis après on en retire que du positif !

Alors comment gérer tout ça et quand même profiter à fond ? Oui oui c’est possible et je vous réponds dans cet article !

 

Temps de lecture estimé : 8 minutes

 

J’ai constaté qu’au fur et à mesure de mes voyages, je ne stresse plus pour les mêmes choses qu’au tout début. L’expérience fait que j’ai acquis des bases qui me permettent de repousser un peu plus mes limites et d’avoir plus confiance en moi. Au plus on voyage seul au plus on s’y habitue, c’est comme pour tout finalement. Le premier pas est le plus dur et je sais qu’il peut être paralysant pour certains !

Pour contrer l’angoisse au maximum je vous conseille plusieurs choses.

Premier voyage seul : la stratégie des petits pas

 

Je conseille toujours de commencer par quelques jours avant de se lancer dans le grand bain ! Gérer et organiser un week-end est beaucoup plus simple que la visite d’un pays où il vous faudra chercher un logement dans chaque ville où vous passerez, trouver les transports pour les différentes étapes, peut-être négocier (selon les pays) etc… La solitude peut être beaucoup plus marquée dans ces moments-là.

Si toutefois vous souhaitez quand même partir plusieurs semaines je vous ai concocté un article sur mes trois destinations les plus faciles pour un premier voyage solo

Prendre les problèmes un par un

Fonctionner par petite étape

 

Le plus simple est de prendre chaque problème séparément et de les régler un par un.

( Sachez qu’il est peu probable qu’il vous arrive quelque chose de grave si vous prenez toutes les précautions d’usage qui diffèrent selon les pays. Cela peut arriver, nous ne sommes à l’abri de rien mais le risque n’est pas plus élevé que chez vous. Pour limiter les risques, il est indispensable de se renseigner au préalable sur la sécurité avant d’envisager votre voyage. C’est toujours mieux de savoir où l’on va. 🙂 )

Je vais prendre un exemple pour illustrer mes propos : en arrivant dans un pays, il va falloir faire du change (selon le pays), trouver un moyen de transport pour vous rendre en ville, trouver un logement, chercher un transport pour vous rendre à une prochaine destination et trouver de quoi manger tout en vous repérant dans la ville ! Oui vu comme ça on dirait une grosse montagne à franchir. Cela peut être effrayant si l’on voyage seul pour la première fois.

Mais si on voit étape par étape, c’est finalement beaucoup moins pesant. Souvent je me répète, “ok, première étape : je trouve des devises locales” quand c’est fait je me dis “ok, une chose de faite, étape suivante : trouver comment rejoindre le centre-ville” etc. Et ça fonctionne plutôt bien. Chaque étape franchie est une petite victoire et ça donne un coup de boost pour la prochaine ! C’est beaucoup plus gérable en cas de problème, comme une carte bancaire bloquée dans le distributeur, un bus en retard, la fête du village qui fait que tous les logements sont complets …

Il est important de se documenter un minimum avant le voyage afin de voir toutes les options possibles pour se déplacer, pour trouver un logement mais aussi en apprendre davantage sur les coutumes locales. Se documenter ne veut pas dire tout prévoir, loin de là ! J’ai d’ailleurs écrit un article sur la nécessité de laisser de la place à l’imprévu : En voyage, pas le temps de tout voir, et alors ?

Que faire en cas de gros pépins

 

En cas de gros problèmes, un train annulé par exemple, ou le vol de vos affaires, qui est plus embêtant, une fois l’angoisse passée (qui ne sera pas du même niveau j’en conviens), dîtes-vous qu’il y a toujours une solution, ça n’est “que” du matériel. Je ne dis pas que ça n’est pas grave, mais ça se gère.

Prenons l’exemple du train. Allez au bureau d’information de la gare et demandez s’il y a un prochain train et, si oui, quand. Demandez à vous faire rembourser le ticket le cas échéant. Si il n’y a pas de train il existe peut-être des bus.

Si le stress est trop grand, nous ne sommes pas tous égaux face à cela, pourquoi ne pas rester un jour de plus dans la ville pour trouver la solution la plus adéquate ? 

Concernant le vol des affaires. Il vous faut porter plainte au commissariat de police, si vous avez une assurance voyage elle peut peut-être vous rembourser (à voir selon les modalités de votre contrat). A moins que vos affaires ne soient retrouvées, prenez le temps qu’il faut pour racheter le nécessaire.

Concernant les papiers d’identité et carte bancaire, il vous faut vous rendre à l’ambassade française pour refaire un passeport, il est souvent possible d’avoir un passeport urgent en attendant de rentrer chez vous.

Pour les cartes bancaires il faut vous rapprocher de votre banque afin de faire le nécessaire et en attendant vous pouvez vous faire envoyer de l’argent par vos proches, comme avec western union par exemple.

Lorsque l’on voyage seul il est vrai que dans ces moments là la solitude se fait ressentir. N’hésitez pas à contacter vos proches.

Lors d’un de mes voyages à New York, je me suis retrouvée avec une carte bancaire bloquée. En fait, par précaution, ma banque avait bloqué ma carte bancaire pour débit suspect. Après un coup de fil à ma conseillère tout est rentré dans l’ordre. J’ai seulement dû attendre que ma banque ouvre car avec le décalage horaire c’était la nuit en France.

Pour être franche, je voyage seule depuis plus de dix ans. Je n’ai jamais été volée ni agressée et je croise les doigts pour que cela continue. Je suis très vigilante, sans être paranoïaque. Mais cela ne m’empêche pas de profiter à fond et de faire confiance aux gens que je rencontre. Bien au contraire !

Je ne suis pas là pour dire, que les problèmes rencontrés ne sont pas graves et de foncer tête baissée. Mais le but de cet article est surtout de vous rassurer sur le fait que même à l’autre bout du monde il y a toujours une solution.

voyage seul

Savoir s’écouter

 

En septembre 2018, j’étais au Japon lors du typhon Jebi, le plus puissant depuis de nombreuses années. J’étais juste en dessus car je me trouvais près d’Osaka, là où ça a frappé le plus fort. J’ai vécu des heures d’angoisses où le plafond de mon hôtel commençait à s’écrouler. Une fois que le typhon s’est éloigné nous n’avions plus d’électricité. Le gérant de l’hôtel m’a dit que c’était la première fois qu’il y avait une coupure de courant ici. J’ai été transféré dans un autre logement pour le reste de mon séjour. Mon passeport s’est retrouvé trempé car le toit s’écroulait et de l’eau s’infiltrait.

Bref, j’ai passé un très mauvais moment. Sur le coup j’ai fait comme si de rien n’était et j’ai continué mon voyage. Mais par la suite je me suis rendu compte que j’avais été choquée. J’ai pris quelques jours de repos pour me ressourcer avant de continuer ma route.

Lors de mon voyage en Roumanie, je me suis retrouvée, un matin, sans pouvoir poser le pied à terre et avec des problèmes digestifs. J’avais trop tiré sur la corde et j’en ai payé le prix. Je suis donc allée à une pharmacie locale pour demander une bande, une pommade et des cachets. J’ai pris une journée de repos et j’ai ralenti le rythme par la suite. Tout est rentré dans l’ordre !

Ces expériences m’ont fait prendre conscience de mes limites. Mais aussi de l’importance de prendre soin de moi si cela venait à se reproduire. Il faut savoir écouter son corps et sa tête. Les deux sont liés et ils nous parlent !

voyage seul tout gérer

S’adapter

 

Il est nécessaire d’avoir une souplesse dans son adaptation, qui peut s’acquérir au fur et à mesure des voyages. En effet, cela permettra de gérer les situations plus difficiles avec plus de “positive attitude”. 

Lors de mon voyage au Laos, je me suis retrouvée plusieurs fois à finir la nuit dans la rue. En effet, les bus de nuit partent relativement tôt dans la soirée et arrivent en pleine nuit à destination. D’autant plus qu’ils foncent sur la route.

Je me rappelle cette fois, où à Luang Prabang, je suis arrivée à 3 heures du matin à la gare routière. Celle-ci étant à 5 kms du centre-ville et sachant que tous les hôtels étaient fermés la nuit, j’ai donc pris mon temps et j’ai fait le trajet à pieds. Car évidemment les taxis sautent sur les voyageurs en arrivant et n’hésitent pas à facturer un prix bien au-delà du prix local ! Je suis donc arrivée vers 4 heures devant la guesthouse que j’avais repéré. Et j’ai dû attendre 7 heures du matin que la réception ouvre. Bref je me suis adaptée mais ça ne reste pas mon meilleur souvenir !

Toutefois cela fait parti des aléas du voyage et ça permet d’en rire par la suite. Attention, je n’aurais pas fait ça partout, au Laos c’est “safe” donc pas de soucis mais ça n’est pas le cas dans certains pays. Dans ces cas là j’aurais adapté en fonction. En effet, lorsque l’on voyage seul il est important de bien faire attention à ce genre de chose. A deux on est plus fort en nombre et moins vulnérable.

voyage seul au Laos

Se relaxer en cas d’angoisse

 

En cas de grosse angoisse, cela met déjà arrivé, je pars toujours avec un stick d’huile essentielle. Je me suis fait une synergie spéciale angoisse. En cas de coup de mou, de déprime ou de stress, je renifle mon stick en prenant trois grandes inspirations. Pour ça je ferme les yeux. J’aime bien écouter de la musique relaxante. Vous pouvez facilement en trouver à mettre sur votre lecteur MP3 ou votre téléphone portable.

Marcher est aussi une bonne solution, si c’est possible là où vous êtes. (Si vous êtes dans l’avion c’est plus compliqué et la première option est plus adaptée !). Je vous cite des exemples qui fonctionnent pour moi mais à vous de vous faire votre propre avis et de trouver ce qui fonctionne pour vous ! (Vous pouvez même le partager en commentaire, je suis curieuse de savoir ce qui fonctionne pour vous !) 

voyage seul

Faire des rencontres

 

Lorsque l’on voyage seul, faire des rencontres est une bonne option pour ne pas vous sentir isolé. En cas de baisse de régime, le fait de partager un moment avec quelqu’un que vous avez rencontré sur place est l’idéal pour faire baisser l’angoisse et se changer les idées. Cela peut être une discussion de quelques minutes, de quelques heures ou bien vous pouvez passer plusieurs jours avec cette personne si le courant passe bien ! Personnellement, je préfère partir seule et rencontrer des gens sur la route. Cela me permet de gérer mon voyage comme bon me semble et de ne pas m’engager envers quelqu’un.

Les rencontres instantanées font la richesse des mes voyages et je ne pourrai plus m’en passer. Etre seule est un gros avantage, nous sommes plus disponibles aux rencontres fortuites et nous pouvons partir quand bon nous semble. 

Plusieurs fois j’ai eu une baisse de moral durant un voyage. Et bien oui, cela n’est parce-que l’on est à l’autre bout du monde que nos soucis s’effacent comme par magie. Le fait de rencontrer une personne qui voyage seul à ce moment là et de me changer les idées m’a fait repartir sur de meilleurs jours.

J’ai écrit un article pour vous guider dans les différentes façons de rencontrer des gens en voyage, je vous invite à le lire : l’art de faire des rencontres en voyage.

Conclusion

 

Nous ne sommes pas tous égaux face au stress. Selon les accidents de la vie l’angoisse peut être plus handicapante pour certaines personnes. Je parle en connaissance de cause. Partir en voyage seul à l’avantage de vous faire avancer dans la bonne direction. Mais aussi de vous aider à gérer votre stress au fur et à mesure. De vous connaître aussi. Vous pourriez être surpris de ce dont vous êtes capable. Je pense qu’on se sous-estime beaucoup. Le plus important est de trouver ce qui vous correspond pour votre voyage et pour la gestion de vos angoisses.

On ne peut pas non plus savoir à l’avance comment nous allons gérer telle situation avant qu’elle ne se produise. C’est en y étant confronté que l’on se rend compte de ses ressources personnelles.

A retenir :

  • commencer petit pour s’habituer à sortir de sa zone de confort
  • se renseigner un minimum avant le départ (sur le pays et les options possibles pour la logistique)
  • régler les problèmes un par un
  • se relaxer ou trouver VOTRE moyen de faire baisser l’angoisse
  • rencontrer du monde
  • Profiter !

Cet article vous a plu ? Aidez-moi en le partageant !

Exploratrice des temps modernes

Exploratrice des temps modernes

Je m’appelle Coline et je voyage en solitaire depuis plus de dix ans. Avide de découverte et inépuisable observatrice, passionnée de photographie et de littérature, j’ai décidé de partager mon expérience avec vous.

Laisser un commentaire